A ne pas rater en février à Toulouse

Mucho Bizarre + Shabazz Palace + Princess Thailand + Cannibale le 1er février au Métronum
Dans le cadre des 5 ans du Métronum, une soirée aux sons éclectiques pour bouger son body sous des sonorités freaks and chic ! Un Dj set Mucho Bizarre, puis place aux Shabazz Palace, duo de hip-hop expérimental mi space opéra, free jazz et rap indie. Les Princess Thailand nous feront profiter de leur bon son rock noise, et pour finir, du garage rock aux élans tropicaux avec les biens nommés Cannibale. 
 
Brendan Perry le 2 février au Métronum
Pour fêter l’anniversaire de la salle, les organisateurs nous ont concocté un programme un peu spécial, un DJ set de Mes disquaires sont des chics types, des concerts de Michael Wookey et son Grand Orchestre des Jouets, puis, Edredon Sensible et Inuït, mais surtout le mythique Brendan Perry fondateur des Dead Can Dance nous fait l’honneur de sa présence. Si le dernier album du groupe, fait partie de nos disques préféré de 2018, on ne sait pas trop ce qu’il va nous jouer, mais il a laissé un petit mot sur son site “I am extremely excited about the prospect of sharing my new musical creations with you”. Nous aussi Brendan on est excités !
Salon du jeu vidéo indépendant toulousain, le samedi 2 février à la médiathèque José Cabanis
Au détour du Manifesta, on a pu découvrir cette belle annonce : un festival du jeu vidéo ! À l’honneur, les développeurs toulousains professionnels et amateurs présentent leurs jeux et proposent de tester leurs créations, une occasion d’échanger et de découvrir un travail peu commun. 
 
 
Festival Des images aux mots du 4 au 10 février
Un festival aux nombreux médias, courts et longs métrages, expos, conférences, apéros et j’en passe, qui viennent de tous les horizons et de tous les genres. Du réalisme, de la fiction, de la discussion, c’est ce que propose pour la 12e fois le festival DIAM accueilli dans différents lieux toulousains pendant une semaine. A noter une rétrospective d’Ulrike Ottinger, figurine de proue du cinéma avant gardiste allemand et féministe, à la Cinémathèque de Toulouse le 1er février à 19h !
 
 
Deux ciné concerts à la cinémathèque : Umanità de Elvira Giallanella (1919) et A Santa Notte de Elvira Notari (1922) le 5 février à 20h30
Un récit pacifiste et une romance tragique, deux réalisatrices italiennes - une Napolitaine, une Romaine - ,deux pionnières accompagnées par le piano de Michel Parmentier. 
 
 
Suite de la saison Moondog les 5 et 6 février à 20h et 20h30 au Théâtre Garonne
Dans le cadre de la saison Moondog, A L’OUEST, pièce d’Olivia Grandville sur des musiques d’ Alexis Degrenier, Moondog et Will Guthrie. “Taper comme des sourds, espérer les fantômes, faire vibrer, secouer notre matière vivante, faire rempart à la mort embusquée, scander nos vies minuscules.” 
 
 
Extrême Cinéma du 8 au 16 février à la Cinémathèque de Toulouse
Le tant attendu festival Extrême cinéma revient à la Cinémathèque du 8 au 16 février. Les habitudes ont la peau dure et cette année encore seront présentés des films délicieusement sales, des horreurs érotiques et autres oeuvres à vous glacer le sang. SuperFlux a repéré pour toi quelques séances à ne pas rater, comme celle de Fatal Games de Michael Lehmann qui mélange les réjouissants thèmes de l’école, de la vengeance, de l’adolescence, pour un résultat jubilatoire, un teenage movie subversif et cynique. A voir aussi Maléfices Pornos d’Eric de Winter, présenté par le grand spécialiste pornographe Christophe Bier, où un mari impuissant, stimulé par la lecture de Meurtres vaudou, se rêvera sadique et en deviendra meurtrier. Un petit dernier pour la route, ne loupe pas La nuit de tous les mystères de William Castle, où un riche malin propose sa maison soi-disant hantée à louer pour une nuit ambiancée. Un propriétaire qui joue avec son locataire et un réalisateur qui joue avec son spectateur, l’illusion s’installe, intrigue et hantera toutes tes nuits !
Un festival où tu croiseras chaque soir les plus impudiques des SuperFluides
 
 
Mutoid Man le 14 février au Rex,
Tu ne sais pas quoi faire pour la Saint Valentin, Noiser a la solution : un concert de gros Rock avec Mutoid Man, le groupe de Stephen Brodsky membre de Converge, Cave in et Old Man Gloom s’il vous plaît
 
 
 Invasion Los Angeles à l’American Cosmograph le dimanche 17 Février 
Le cycle John Carpenter continue à l’American Cosmograph avec un autre monument de sa filmographie, un film autant fauché que saisissant. Détenteur pendant longtemps de la plus longue scène de baston de rue, inspiration pour une marque de vêtement à succès (ironie du sort, peut-être ?), Invasion Los Angeles frappe par son discours extrêmement engagé et sa mise en scène sans fioriture. Une oeuvre qui surprend et qui ne laisse pas de marbre, que de bonnes raisons pour en profiter sur grand écran !
 
 
Rorcal et Impure Wilhelmina le 22 février au Rex
Noiser c’est l’asso toulousaine qui a le chic pour nous proposer des concerts avec des plateaux qui déchirent. Ce 22 février, ça sera donc La Marée Noire “la massivité du son devient oppression, vous laissant inerte, compressé dans ce ressac au fond de dépression”
Un programme dont on se lèche les babines à l’avance avec notamment les fabuleux Impure Wilhelmina et leur post hardore sans concession et les dommy de Rorcal qui tendent vers le sludge. Si SuperFlux n’a pas encore écouté les autres groupes ( 6 au total !), on fait confiance à Noiser, nos oreilles vont souffrir et on va adorer ça !
 
 
Expo Fanzines à la Cinémathèque de Toulouse du 8 janvier au 3 mars
Les Musicophages viennent nous parler de l’histoire du fanzine, de son avenir, de ses techniques, tout en proposant de découvrir et feuilleter pépites et ovnis de leur collection patrimoniale unique de fanzines dédiés à la musique extrême. Et pour le fanzine aux thèmes plus variés, des ateliers pédagogiques et créatifs, une exposition de fanzines et une table ronde seront proposées le samedi 9 février avec Christophe Bier, Didier Lefèvre et Laurent Hellebé
 
Madame, exposition mordant la rue, du 8 janvier au 2 mars à Odyssud
Madame et ses élans punk, mélancoliques et libertaires s’expose dans la galerie d’Odyssud et ça vaut le coup d’oeil ! Des associations d’images et d’objets improbables qui chantent la différence, le bizarre, l’amour polymorphe, dans un esthétisme canon et cliquant. A ne surtout pas manquer !
 
 
Ubik, imaginaires urbains et numériques, Pavillon Blanc à Colomiers du 2 Février au 18 Mai 
Voilà une expo bien originale sur un univers tout à la fois omniprésent et mystérieux. Villes numérico-fictives, cités synthétiques, l’exposition s’ouvre à tous ces lieux urbains inventés, imaginés et détournés à travers toutes formes d’arts numériques, une plongée dans un monde si loin et si proche, qui peut autant faire rire que surprendre ou même effrayer !
 
 
La Team SuperFlux
 
 

 

 

 

 
Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon