Tous nos contretemps d'Elan Mastaï

Tous nos contretemps d'Elan Mastaï
Ou comment avoir un bon film de divertissement en roman

Tous nos contretemps c'est l'histoire de Tom Barren qui nous conte un monde de ratés, poisseux, qui gâche son potentiel... Le nôtre. Oui, il semble bien merdique ce monde puisque notre interlocuteur ne vient pas de notre époque, mais du futur. Enfin non, pas du futur, du présent. Du présent mais pas le même. Voyageur éclairé, tu l'as peut être déjà deviné, nous voilà face à une fracture temporelle.

Ce n'est pas si souvent que le voyage dans le temps est traité, de par sa difficulté à maintenir la cohérence scénaristique et scientifique. Lorsque cela survient, il faut indéniablement un parti pris fort pour faire avaler la pilule, au risque d'espoirs déchus. Doctor Who promeut l'humour pour faire oublier toutes ses anomalies temporelles, à l'aide de sa définition mystérieuse du temps: « A big ball of wibbly wobbly, timey wimey stuff » déclamé par le ténébreux David Tennant, où le spectateur tend à oublier les graves bavures scénaristiques au cours des saisons au profit d'histoires émouvantes aux personnages attachants. La série s'amuse carrément à immiscer le Docteur comme facteur prégnant dans l'histoire qu'on connaît par cœur, nous le retrouvons ainsi à conseiller Shakespeare, regarder Pompéi disparaître sous la lave... mais ne déflorons pas les ignorants de la meilleure série qui soit et revenons au voyage temporel.

Dans Retour vers le futur, une définition nous est donnée, comme un pacte entre réalisateur et spectateur, qui permet au badaud de s'atteler à celle-ci sans se poser de questions et de se divertir illico.
Pour ce qui est de Universal War One ou encore du moins connu mais presque aussi « intelligent » (ici lire bien con et bien fait, donc formidable) Ex Nihilo en bande dessinée, le cœur de l'intrigue est le voyage dans le temps, d'où une tension scénaristique par l'essai répété du voyage dit temporel, une compréhension du fil rouge par le lecteur avec l'avancée de l'histoire tout en maintenant un univers prenant mais aussi ordonné.

Ce n'est pas tout à fait ce qui nous attend aujourd'hui. Je me risquerai d'un mélange d'Universal War One avec Edge of Tomorrow que j'en ferais tiquer plus d'un, mais peut être serait il pris de l'envie d'ouvrir Tous nos contretemps, qui annoncerait donc une victoire en soi. Dans notre roman, vient à notre rencontre Tom Barren, un personnage qui se définit comme insipide et qui va pourtant nous conter des aventures très colorées. S'il est dans notre monde, c'est qu'il est à l'origine d'une bêtise, un couac, une erreur scientifique qui aura modifié sa temporalité... et la nôtre. Il nous décrira alors le monde d'où il vient, un futur époustouflant, alliant la description de l'univers à sa vie avec celle de son quotidien moyen. L'histoire d'un homme et de sa famille désunie, d'un amour impossible, d'un job peu valorisant ; tous les ingrédients d'une histoire à taille humaine pour appréhender notre interlocuteur rapidement, et assez de sympathie pour ce raté pour le suivre dans l'histoire qu'il souhaite nous tracer. L'écriture simple d'un film divertissant avec la pincée d'ingéniosité scénaristique pour un récit prenant et passionnant.

Lola

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon