Retour sur Nineteen, le fanzine rock

A la fin des années 1970, le punk avait ouvert de nouvelles voies pour l'expression do-it-yourself. Labels indépendants, fanzines, radios libres éclosent de partout et se créent des réseaux internationaux. Ne se reconnaissant ni dans le nihilisme de l'anarcho-punk, ni dans la modernité du post-punk, ni dans l'électronique de la new wave, ni dans les dissonances de la no wave, la noirceur de l'industriel ou la violence du hardcore, une bande de jeunes toulousains décident de créer leur propre revue qui parlera des artistes qui les intéressent et les font vibrer. Revendiquant des racines anciennes, souvent liées à la scène rock puriste et garage psychédélique des années 60, ils se lancent dans toutes les étapes de la fabrication d'un canard. En 1982, le premier numéro de Nineteen paraît et trouve vite son audience. Les tirages augmentent jusqu'à l'aventure éphémère de la revue professionnelle à dix mille exemplaires. Regroupant certains des articles emblématiques, interviews et analyses fouillées d'artistes allant de Syd Barrett à Alex Chilton, des Cramps à REM ou des Sonics aux Saints, cette anthologie publiée par Les Fondeurs de Briques témoigne aussi de la qualité d'écriture que le fanzine a apporté à la presse rock. Antoine Madrigal dit "Tatane", derrière le comptoir du magasin de disques Armadillo qu'il a fondé avec Benoît Binet suite à la fin de Nineteen, revient sur ces années de passion et de découverte.

Maxime Lachaud

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon