Bon à tuer de Paola Barbato

Vive la télé

On continue avec l'Italie (voir les Polars d'automne, ici même), et une idée savoureuse déclinée dans un pavé raisonnable (416 pages). Deux écrivains de polar s'affrontent sur le plateau d'une émission de télé réalité au concept génial, intitulée Le Duel ; comme le dit le narrateur : « En réalité, sous ses airs d’émission de deuxième partie de soirée, Le Duel n’offrait que du vide. Sa seule ambition était de faire couler du sang, métaphoriquement parlant, et de dépasser à coups de hurlements les décibels de la publicité pour gagner des points d’audimat. »
Corrado de Angelis, à ma droite donc, ancien neurochirurgien, et, à ma gauche, Roberto Palmieri, un comique habitué des plateaux télé, shooté et alcoolisé : ils doivent publier le même jour, à la même heure, leur prochain bouquin ; leur face-à-face sur le plateau du Duel montrera la signature du contrat (sous contrôle d'un notaire, personnage savoureux et inattendu), et concrétisera l'engagement des deux écrivains dans la compétition.
Mais les choses ne se passeront pas comme prévu : menaces, harcèlement, enlèvements, disparitions et tortures chirurgicales (quelques paragraphes qui font un peu grincer les dents) enlèvent le récit de manière efficace et très (trop ?) maîtrisée. On sent la patte de la scénariste de télé qu'est Paola Barbato, mais aussi sa connaissance du "milieu".
Jeu de dévoilement, de masques qui tombent et surtout très bonne peinture critique du milieu de la télévision italienne, l'intrigue décortique les rouages de la célébrité factice et puante des plateaux pailletés. On voit Berlusconi en fond – tiens, ça c'était pas mal, on aurait pu en parler..., et la dissolution d'un pays d'histoire, d'art et de culture dans un jus farcesque indigeste.
Les scènes d'enlèvement et de torture apportent ce qu'il faut de frisson et de mémoire : on revoit les années Brigades rouges et le cadavre d' Aldo Moro dans le coffre d'une voiture (tiens, ça fait pas de mal de se pencher sur le passé, quand on est en bonne compagnie, bien sûr), et on a le minimum syndical de petits plats italiens qui font saliver, ici ce sont de délicieux petits pâtés préparés par une dame très inoffensive et très névrosée, ce qui ne fait jamais très bon ménage...
Allez, on lit ça et plus jamais on ne se mordra la langue...(mais ça il faut aller jusqu'à la fin pour le comprendre). Régalez-vous, lecteurs d'hiver !!

Anna

Titre : Bon à tuer
Auteur : Paola Barbato
Éditeur : Denoël
Rubrique : allez, c'est gratuit, c'est Bibi qui régale... , plus d'infos ici

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon