Big Man Plans d'Eric Powell

Un thriller social où les ordures sont balayées d'un revers de nain

Après avoir mis entre parenthèses sa série phare The Goon , Eric Powell nous revient en très grande forme avec une histoire complète dévastatrice.

Cela fait maintenant une dizaine d'années qu'Eric Powell, auteur nord-américain , nous tient en haleine et nous divertit avec sa série The Goon , caïd patibulaire et musclé, gérant son quartier de Lonely Street contre les hordes de zombies d u nécromancien chapeauté . Le comic démar re sur des enchaînements de scénètes halluciné e s et grandguignolesques où les hommages aux classiques de l'horreur et du fantastique, teintés de prohibition aux accents rednecks, son t légions pour venir à se complexifier par la suite, alternant la drôlerie à coups de dents pétées à une noirceur qui flirte avec l'ambiance du Freaks de Tod Browning.

Il s'est aussi permis un petit interlude en nous proposant un album destiné à la jeunesse et répondant au doux nom de Chimichanga avec pour protagonistes une gentille fillette à barbichette qui a pour compagnon Chimichanga, une... euh... chose immense, verte et velue avec beaucoup de dents (on en rêve comme peluche).

The Goon est en repos, Chimichanga grignotte on ne sait quoi et Eric Powell enchaîne avec Big Man Plans en compagnie de son ami et scénariste Tim Wiesch. Un titre bien évocateur, le "Big Man" du titre n'est autre que le personnage principal du récit, un homme atteint de nanisme qui vient de recevoir une lettre au contenu dévastateur. C'est avec cette introduction (et quelques détails musclés) que le puzzle se met petit à petit en place, c'est au travers de flash-backs rythmant son chemin vers l'enfer, que nous découvrons son parcours. Un vécu essentiellement composé de vilénies et de chagrin où chaque rencontre est une insulte et chaque évènement un drame humain, seuls sortiront du lot les rares actes généreux qui empêcheront notre petit homme de perdre pied, de sombrer dans le désespoir et de conserver une once d'humanité. Ces moments justement seront le moteur de ses actions ; chaque parole, un coup de pouce vers un avenir qu'il n'espère plus radieux mais vivable tant que subsiste une part infime de bonté en ce bas monde.

Big Man Plans peut se présenter comme une classique histoire de revanche affichant une ultraviolence assumée et pourtant cette histoire n'est finalement qu'un prétexte pour être un véritable exutoire contre l'inhumanité. Principalement avec la figure de notre gaillard , Eric P o well revient encore une fois à ses amours en abordant le thème du "freak", très cher à son coeur. Mais cette fois-ci, pas de ressort fantastique, c'est une approche réaliste qu'il nous offre en racontant la difficile trajectoire de vie d'un homme qui est simplement né différent. Une approche d'autant plus renforcée que ce petit homme justement n'est jamais nommé, il est anonyme, appelé "nabot", "petite merde" par les nuisibles ou "mon petit", "fils" par les gens qui l'ont aimé, c'est de ces rencontres que l'homme ressort endurci ou attendri . Et nous souffrons avec notre "Big Man", une empathie causée par sa condition mais aussi par les moments qui traversent sa vie, à ce stade le comic dépasse son intrigue de base et c'est une charge contre la société qui s'annonce, les exactions pendant la guerre, l'homophobie, la violence conjugale, les violences policières, la corruption et j'en passe. Chaque instant est l'occasion d'introduire, parfois ne serait-ce que sous forme d'allusion, un mot sur une horreur du quotidien, et tout ceci s'accumule au fur et à mesure pour grossir une énorme dose de rage pure dont notre petit monsieur est l'incarnation même.

Bref, ni héros, ni morale dans Big Man Plans , juste un condensé de colère qui se matérialise par une violence franche et explicite sans aucune trace de drôlerie. ... Si ce n'est peutêtre avec une petite anecdote sous forme d'un t-shirt au message clairement affiché sur la couverture : un clown pendu avec comme légende "Hang in there" savamment traduit par "Tiens le cou". Ah ! La couleur de l'humour est annoncé en tout cas.

Yoann

Titre : Big Man Plans
Auteur : Eric Powell & Tim Wiesch
Éditeur : Delcourt
Genre : Dwarfrevenge with a vengeance

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon