Lire

Lectures qui dérangent et qui démangent : Souviens toi des monstres de Jean-Luc A. D'Asciano

Les lectures qui dérangent et qui démangent abordent la littérature sombre, humide et difforme ; celle qui parle du bizarre, du décalé. Chronique irrégulière qui s’efforce de donner envie de lire de l’aventure burlesque et grotesque à qui posera les yeux sur elle, elle te livre aujourd’hui sa lecture de Souviens-toi des monstres de Jean-Luc A. D’asciano.

Lectures qui dérangent et qui démangent

Aujourd’hui marque l’ouverture d’une nouvelle chronique. Nous aborderons sous ce titre joyeux la littérature sombre, humide et difforme ; celle qui aborde le bizarre, le décalé, le caché : le mauvais genre. Chronique irrégulière attendant des petites pépites étonnantes et déroutantes comme c’est le cas pour ce premier essai, qui s’efforcera de donner envie de lire de l’aventure burlesque et grotesque à qui posera les yeux sur elle. C’est parti !

Bédéphile dans ta chambre : rebel yell!

Ça faisait longtemps que la bande dessinée n’avait pas pointé le bout de son nez, faute à des titres bien falots et surtout à un niveau de procrastination digne des prochains championnats, remis à plus tard.
Et comme tout va mal, comme c’est l’été, que ça chauffe sévère sous le soleil et dans les rues, voici une petite sélection rébellion, quelques titres qui saignent un peu, qui tranchent dans le vif passionnément et qui crient revanche à la folie.
Et bizarrement, on n'y retrouve que du comics.

Orifices de Henri Clerc et Lucas Ottin

« Recueil de témoignages et de réflexions sur la pornographie, sa consommation, sa banalisation ainsi que ses répercussions, Orifices est un ouvrage qui rentre dans l’intimité d’une société d’ultra-consommat-eur-rice-s, de jouisseu-r-se-s en déclin. Libéralisme du cul et sécheresse du cœur : un livre porno-critique plus écrit dans le but de questionner que d’exciter qui que ce soit. »