La France interdite (Bande originale)

 Aujourd'hui oublié, le Mondo movie fut sans doute le genre cinématographique le plus controversé de l'Histoire. Tournés, comme le nom l'indique, à l'imitation du célèbre Mondo cane de Jacopetti, Cavara et Prosperi, ces documentaires à sensation et souvent bidonnés, vilains petits canards du cinéma bis ont pourtant alimenté pendant plus de vingt ans les salles de quartiers, aussi avides de sujets chocs que peu soucieuses de déontologie journalistique. La France interdite de Jean-Pierre Imbrohoris, Jean-Pierre Garnier et Gilles Delannoy (1984) fut un des rejetons tardifs du genre, à l'époque où le public commençait à s'en détourner en direction de la télévision, mais surtout un des plus racoleurs. Reprenant le cahier des charges de ses prédécesseurs, le film propose un zapping de toutes les perversions et bizarreries de notre beau pays : prostitution et échangisme dans les quartiers chics parisiens, travestis du Bois de Boulogne, boites gays où l'on s'adonne aux joies du fist-fucking, orgies dans les villas de luxe à Saint-Tropez, sorcellerie à Carcassonne, sadomasochisme dans le château de Foix (!) et même Brigitte Lahaie faisant du cheval toute nue devant le Mont Saint-Michel (!!). Le résultat final, voyeuriste et crapuleux comme c'est pas permis, se vit gentiment qualifier de « cul de basse-fosse » par la presse même spécialisée. On s'en souvient surtout pour sa musique synthétique enjouée totalement décalée par rapport aux images ainsi que pour son commentaire, tout aussi décalé mais lui d'un sérieux imperturbable : « Partout en France, des hommes et des femmes qui nous ressemblent emportent avec eux leurs phantasmes... Exhibition, désespoir ou provocation ? Ils vont jusqu'au bout, au-delà des limites ! ». Qui voudra un jour le sortir en DVD ? Personne vraiment ??

 

 

André Georget eut l'insigne honneur de composer la BO, éditée pour la première fois et exclusivement sur support vinyle à l'heureuse initiative du label We Release Whatever The Fuck We Want Records. Le nom de Georget ne vous dit peut-être rien mais vous avez entendu au moins une fois dans votre vie un de ses airs. Arrangeur pour Alain Bashung ainsi que pour pas mal d'autres artistes de variété, il a surtout gagné sa vie dans les années 80 comme un des plus prolifiques compositeurs pour la publicité. « Il vient toujours au bon moment / Avec ses pains et ses croissants / L'ami du petit déjeuner / L'ami Ricoré », c'est lui ! Il rigole encore aujourd'hui de cette commande insolite de Jean-Pierre Imbrohoris en 1983, qui demeure une de ses rares incursions dans le cinéma : sans avoir vu un seul plan tourné (il dit n'avoir découvert le film fini qu'en 2014...), il composa chaque morceau en suivant de vagues indications données par le réalisateur, ce qui explique les titres plutôt laconiques (Peep show, Sad homo, Girls, Mode sexe, etc). La France interdite est donc un album entièrement basé sur le pur son disco des eighties, qui rappelle Giorgio Moroder et surtout le Jan Hammer de Miami Vice. Interprété par la crème des musiciens de studios de l'époque (dont Joël Fagerman et même Gilbert Montagné aux synthétiseurs. Ha ha !), il déploie une palette d'ambiances tout à fait plaisantes, allant de la pop façon Roxy Music à des arrangements plus jazz, voire limite ambient (l'excellent passage Collection voitures, qui illustre une des séquences les plus énigmatiques du long-métrage, montrant un inquiétant cimetière automobile) et on a même droit à une tentative de simili hip-hop avec Smurf (oui, ça s'appelait comme ça dans le temps...). L'édition vinyle comprend un 45 tours bonus contenant LA chanson-titre France off limits, présente sur le 33 en version instrumentale, avec sa mélodie attachante et ses paroles hilarantes, qui à elle seule justifie l'achat du disque. On l'aura compris, La France interdite comblera surtout les nostalgiques d'une décennie révolue et autres amateurs de boules à facettes. We Release... a mis les petits plats dans les grands en incluant dans la pochette un poster reprenant en format mosaïque des captures d'écran de la VHS René Château, ce qui nous vaut de microscopiques mais très explicites photos de castings pornos et de devantures de sex-shop, dont l'une proclame fièrement « Je mouille aussi par derrière ». Quand en plus, on vous offre une photo floue de Brigitte Lahaie sur son cheval, on n'a plus aucune raison d'hésiter. Indispensable, tout simplement.

Sébastien

 

La France Interdite
André Georget
1984
We Release Whatever The Fuck We Want Records

 

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon