Céline et Julie vont en bateau de Jacques Rivette

C'est l'histoire de Céline qui, traversant un parc à la hâte, fait tomber son foulard. Julie, observant la scène, l’attrape et se lance dans une course effrénée pour la rendre à sa propriétaire. Lorsque Céline ralentit et que Julie a l'occasion de lui rendre... elle se planque derrière le foulard (drôle d'idée, on verra par la suite qu'elle en regorge) et préfère continuer sa discrète filature. C'est par cette rencontre pour le moins original qu'elles créeront une amitié par comme les autres, une relation intime et délurée.

En 3h20, Rivette aborde une multitude de thèmes, tous traités avec sensibilité et poésie. On y retrouve de la magie, de la fiction, de l'amour des mots, des bonbons hallucinogènes, de la haine contre l'autorité, le tout saupoudré d'un peu de folie... !

La magie et le spectacle sont d'abord présents par les métiers réciproques des deux héroïnes ; Julie, magicienne à ses heures, et Céline danseuse-prestidigitatrice de cabaret. Les accessoires, les foulards à plume, les déguisements habitent le film. Rivette va jusqu'à insérer un spectacle dans le spectacle : Céline et Julie vont être tour à tour spectatrices et actrices d'une mise en scène à l'intérieur du film. Nos deux protagonistes, en entrant dans une maison mystérieuse, ouvrent une porte vers un nouvel aspect du film à regarder, une histoire dans une histoire, contemplée par nos deux magiciennes autant que par le spectateur que nous sommes.

C'est par à-coups qu'on découvre cette aventure, entrecoupée par la vie quotidienne de Céline et Julie.

Cette histoire, mise en abîme du jeu d'actrice et des répétitions sur le tournage, apparaît à l'écran lors de la prise d'une drogue hallucinogène par nos deux aventurières, représentée par de gros bonbons verts. Un meurtre vient rythmer la pièce, et pour connaître le fin mot de l'histoire, les jeunes femmes avaleront à la hâte toujours plus de bonbons pour observer les mêmes scènes rejouées maintes fois, comme si le film était rembobiné au début à chaque visionnage. A la manière de répétitions de théâtre, comme pour chercher le bon ton, chaque apparition des personnages est un peu différente de la précédente. Elles joueront chacune leur tour le rôle de l'infirmière, Céline oubliant même son texte dans l'excitation.

Le montage éclaté du film, avec une notion du temps absente de l'oeuvre, est accentué par cette histoire dans l'histoire qui boucle jusqu'à en perdre le sens premier. C'est la folie de Céline et Julie qui nous est donné à voir plus qu'une histoire à suivre en bon et du forme.

C'est une véritable ode à la langue française que nous livre Jacques Rivette, à travers le langage employé par les deux femmes. Peut importe le propos, certains mots attendus seront remplacés par d'autres, comme choisis aléatoirement, et sans jamais perturber leur oratoire. La première fois étonne, la deuxième confirme et les suivantes jouxtent spontanéité et burlesque.

De la spontanéité ressort également une énergie et une envie de défier l'autorité. Lorsque Céline se retrouve sur scène devant des producteurs, non seulement elle ne fera pas de son mieux pour leur plaire, mais elle finira par leur demander ce qu'ils savent faire, eux, autre que s'asseoir et critiquer ceux qui ont au moins le mérite d'essayer ? De part ses grimaces sur scène, elle joue de sa folie et s'en amuse, la frôle et l'accepte, elle est libre. Sa seule recherche, c'est le rire, l'envie.

On ne ressort pas indemne de ce chef d'oeuvre du grand écran : c'est une vraie leçon de vie qui nous ait donné de voir, une recherche d'ivresse, un message enivrant et poétique. Un délice de cinéma !

Retrouvez les court métrages : « Aux quatre coins », « Le Quadrille », « Le Divertissement » suivi du film Duelle lors de la rétrospective organisée par la inémathèque de Toulouse le jeudi 19 avril 2018 à 19h. La séance sera présentée par Véronique Manniez-Rivette

Avec Duelle, Rivette travaille également la notion de dualité, l’effet miroir, toujours dans cette ambiguité entre la fiction et la réalité. Le film compte l'histoire de Viva et Léni, filles du Soleil et de la Lune, qui vont s’affronter pour gagner la pierre magique qui les délivrera du fardeau de l’immortalité. SuperFlux sera au rendez vous ! Et toi ?

Retrouvez aussi Jacques Rivette décortiqué dans l'excellente émission Plan Large :https://www.franceculture.fr/emissions/plan-large/1-2-3-oeil-de-lynx-et-...

Lola

 

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon