musique

Sleep – The Science

Parmi les groupes qui ont forgé la culture musicale de ce bon vieux Superflux, Sleep a une place très importante, alors tu imagines bien qu'à l'annonce surprise de leur reformation et la sortie d'un nouvel album, l'excitation était à son paroxysme. On a pris le temps de se remettre de cette claque monumentale et on t'en parle enfin !

Celeste / Exylem/ Black March au Rex de Toulouse le 12 mai 2018

Trois soirées du Grand Sabbat, Noiser a vu les choses en grand cette année et on peut les en remercier. A l'image de leur prog personnelle et toujours au fait de l'actualité, les trois soirées auront été un alliage entre groupe locaux, grosses sorties de l'année et grands noms internationaux (High on Fire, Chuch of Misery): une fête sur trois jours où les décibels et la déchirure auront été au rendez vous.

Celeste - Infidèle(s)

Celeste livre ici un bijou sombre, taillé dans la lumière, protéiforme et proposant diverses lectures, s'éloignant ainsi des blocs qu'étaient Nihiliste(s) et Animale(s). On attend donc une seule chose : voir ce que leur prestation live donne sur cet album,ce sera au Rex de Toulouse le samedi 12 mai.

Les Ritournelles de l'Enfer

Voici pour vous, chères lectrices et chers lecteurs, un petit florilège des quelques trucs pas trop dégueulasses qui me sont passés entre les oreilles au cours de ces trois derniers mois, mais qui n’ont malheureusement pas eu le privilège de figurer dans les belles colonnes de SuperFlux (sans déconner !), ce sont les Ritournelles de l'Enfer et faites attention, elles reviendront !

Aosoth – V : The Inside Scriptures

Le voilà, le point final, l’ultime offrande, le chant du cygne, difforme et iconoclaste, d’un groupe sans réel équivalent dans l’hexagone. Aosoth avec ce V : The Inside Scriptures, met en exergue les aspects les plus puissant de sa musique, pour forger un opus brutalement mélancolique, amplis d’une angoisse profonde et d’une douleur saisissante mues en une catharsis d’une rare violence. Une mise à mort que l’on n’aurait pu espérer plus éclatante.

Slagmaur – Thill Smitts Terror

Un son de guitare acéré sursaturé à vous fendre une banquise en deux, une batterie lente à la mécanique industrielle et dopée aux basses, et un chant plus proche de l’aboiement militariste que de n’importe quoi d’autre, le tout dans une ambiance étrange de film d’horreur cradingue, voilà le programme alléchant que nous propose Slagmaur dans leur dernier opus Thill Smitts Terror