Last love parade de Marco Mancassola

Même si la rentrée littéraire a déjà bien commencé, revenons sur une parution du printemps qui vaut le détour : Last Love Parade de Marco Mancassola, paru aux éditions de La dernière goutte, petite maison tout à fait estimable, d'ailleurs distinguée dernièrement par le prix Mémorable 2015,(attribué par les librairies Initiales) pour La Bombe de F. Harris.

De Marco Mancassola, on se souvient de La Vie sexuelle des super-héros, sorti en 2011 chez Gallimard, une comédie douce-amère fidèle à son intitulé puisque son sujet est bien celui des problèmes de libido de Superman et consorts...

Ici, point de super-pouvoirs, si ce n'est ceux que les drogues synthétiques peuvent parfois donner l'impression d'avoir...
Last Love Parade débute en 1989 en Italie : sous couvert de se remémorer sa folle jeunesse extasiée aux côtés de son ami Léo et l'évolution de leur relation amicale principalement basée sur la musique, les fêtes et les drogues, le narrateur retrace surtout, et c'est plutôt réussi, l'histoire des musiques électroniques et de leur impact sur sa génération, celle qui avait la vingtaine dans les années 90.

Alternant le récit des virées avec Léo - de clubs en free parties, des banlieues italiennes aux coffee-shops d'Amsterdam, des plages de Goa à celles de Thaïlande ou d'Ibiza en passant par Berlin ou Manchester - avec de longs passages plus théoriques consacrés à l'éclosion de nouveaux styles musicaux et aux  nouveaux modes de vie qui vont avec, ce roman/essai/témoignage fait l'effet d'une madeleine un peu amère.
En effet, comme Léo, l'ami perdu de vue, quid des aspirations de cette époque ? De ce moment fragile où quelques-uns ont pu croire à un autre monde, régi par d'autres valeurs que celles de l'argent roi ?
Si les illusions et les espoirs socio-politiques ont été définitivement mis à bas, les musiques électroniques continuent, elles, à irriguer les courants musicaux du monde entier et à évoluer avec lui. La force de l'art.

Last Love Parade nous parle donc d'une époque révolue, celle d'une jeunesse qui fuyait chômage et Sida à grand coups de beats frénétiques, d'infra-basses furieuses et de drogues psychédéliques prises en masse dans des boîtes de nuit bondées ou sur des terrains militaires squattés... Comme ses parents, cette génération a bien fini par devoir gagner sa croûte et par se perdre de vue elle aussi. C'est moche, oui, mais c'est la vie.

Amis quadras, ex-teuffeurs ou déchireurs de dance-floor, ce livre est pour vous ! Un voyage nostalgique qui ramène à un présent souvent décevant, ah, c'est pas beau de vieillir... Quant aux lecteurs plus jeunes, amateurs de ce qu'est l'électro actuelle, vous découvrirez, en un agréable résumé, les racines qui nourrissent vos sons préférés !

Estelle

Last Love Parade, Marco Mancassola, La dernière goutte, avril 2016
La Bombe, Franck Harris,  La dernière goutte, janvier 2015
La Vie sexuelle des super-héros, Marco Mancassola, Gallimard, 2011, Folio, 2012

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon