The Crown – Cobra Speed Venom

Hop, hop, hop ! Il était grand temps de se sortir les doigts du fondement et de se remettre à chroniquer un peu de musique ! Quoi de mieux qu’une bonne grosse bagarre death/thrash en totale lévitation au-dessus de la concurrence pour se remettre en selle ? Non, parce que le black metal c’est bien sympa, mais le metal, le vrai, c’est quand même autre chose ! Du coup, je rattrape un peu le retard accumulé ces derniers mois pour revenir sur un album qui se glisse, sans trop de difficulté, parmi les meilleures sorties de cette première moitié d’année, et c’est peu dire ! Soyons clairs dès le départ, ce nouveau brûlot des Suédois de The Crown m’a littéralement fait retrouver mon âme d’adolescent et putain ! Que c’est bon !

Le pari était pourtant loin d’être gagné à l’écoute des précédentes sorties du groupe. En effet, la carrière de The Crown, depuis un petit paquet d’années maintenant, semblait lentement se métamorphoser en véritable mouroir du death/thrash aux accents mélodiques, allant du passable, avec Crowned Unholy, au plutôt mauvais, avec les albums Death is not Dead et Doomsday King. C’est donc avec un léger pincement au cœur et très peu d’intérêt, pour ne pas dire aucun, que je suivais l’actualité récente du groupe. C'est d’ailleurs pour cette raison que la surprise fut absolument totale, et ce même avant d’avoir écouté ne serait-ce qu’une note de ce Cobra Speed Venom. En esthète purement matérialiste accompli, la première chose qui m’a sauté à la gueule n’est autre que cet artwork absolument génial qui vient retranscrire parfaitement l’ambiance de ce nouvel opus et qui tranche indubitablement avec le visuel passablement dégueulasse du précédent album de The Crown. Véritable déferlante de morceaux tous plus tubesques les uns que les autres, The Crown retrouve ici ses lettres de noblesse en proposant un death, mâtiné de thrash et d’envolées heavy, absolument jubilatoire qui fera, à n’en pas douter, headbanguer les plus réfractaires (et au moins taper du pied les plus casses couilles) et surtout réjouira les fervents admirateurs des premiers méfaits du groupe.

C’est d’ailleurs sans aucune concession que démarre ce Cobra Speed Venom. Après une très courte intro, le titre Destroyed By Madness vient poser les bases d’un album maitrisé de la première à la dernière seconde. Véritables prédateurs boursoufflés d’adrénaline, les Suédois retrouvent une agilité, que beaucoup pensait disparue, pour atteindre, en quelques instants, leur vitesse de pointe et ne descendre de régime qu’à quelques rares moments d’aération sonique, plutôt bienvenus et intelligemment placés tout au long de l’album. Que ce soit la section rythmique, qui après avoir connu quelques déconvenues et enfin dotée d’un batteur digne de ce nom, ou la section mélodique, toujours tenue par un Marko Tervonen débordant d’énergie, on sent l’implication totale de chaque membre du groupe dans la réalisation de ce brûlot, pour un résultat jusqu’au-boutiste allant aisément d’un death metal à la gloire de l’école de Gothenburg à un thrash décomplexé terriblement jouissif. S’il fallait sortir un morceau illustrant à merveille ce que The Crown est capable d’envoyer en termes de puissance et d’intensité absolument irrésistibles, le titre In The Name of Death se pose là comme la quintessence d’un death/thrash vous donnant littéralement l’envie de prendre une putain de planche de surf pour aller affronter, le sourire aux lèvres et les pupilles dilatées, cette tonitruante déferlante qui vient s’écraser sur le récif écharpé de vos tympans !

Même si les glorieux Deathrace King ou Crowned In Terror continueront de trôner fièrement au panthéon du combo suédois, ce Cobra Speed Venom réussit brillamment à titiller ses vieux frères, mais surtout ressuscite un groupe que j’avais mis au placard depuis un bon moment. The Crown s’est débarrassé de tout le superflu accumulé avec les années, pour se reconcentrer sur l’essentiel, laissant derrière lui la production particulièrement pénible du précédent album. Les Suédois nous reviennent racés et les crocs affutés. Alliant vitesse, clarté, efficacité et riffs de tueurs, cet album est un pur objet métallique qui n’en fait jamais trop, ni pas assez, et m’a rajeuni de quelques années pour me rappeler à quel point une première rencontre peut s’avérer jouissive ! Un album pour l’été, les séances de sports et les longues soirées, bourrés, entre potes.

Samuel

Fiche technique :

Artiste : The Crown
Album : Cobra Speed Venom
Origine : Suède
Genre : Death/trash metal
Label : Metal Blade Records
Sortie : mars 2018
Site web : http://www.thecrownofficial.com

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon