La BO de ton printemps

Thundercat – Drunk
 
Ancien membre des Suicidal Tendencies, Stephen Bruner (a.k.a Thundercat) est une figure de proue du groove de Los Angeles. Bassiste émérite de l’écurie Brainfeeder, label fondé par Flying Lotus en 2008 et compagnon de route du saxophoniste Kamasi Washington, il est également l’un des architectes du monument “To Pimp A Butterfly” de Kendrick Lamar.
Cet album est un mélange de jazz, de soul, de hip-hop de funk et de rock, une oeuvre dense et barrée !

Conseil : A écouter hangover le dimanche vers 13h devant des oeufs brouillés et des beans !
 
Xiu Xiu – Forget
 
Ça fait depuis le début des années 2000 que Xiu Xiu, mené par Jamie Stewart, génère un torrent d’indie rock malaisant.
Forget est un album de pop, gorgé comme à son habitude de déviances en tous genres, embrassant les styles de manière boulimique : indus, electro pop, classical et expérimentations.

Conseil : Attention, trop d’écoutes répétées de cet album dans une même journée rendent cinglé !
Ecoute espacée, dans une cervelle saine fortement conseillée !
 
Blanck Mass – World Eater

 
La musique du Britannique Benjamin John Power, alias Blanck Mass, est loin de respirer la joie de vivre. Le producteur et compositeur nous a habitués à ses atmosphères déroulant leur substance noire et visqueuse pour mieux nous recouvrir et nous étouffer, à l’image de son précédent « Dumb Flesh », désespéré et d’un noir d’encre et de cendres. World Eater livre une techno primitive, tribale et surtout très frontale qui surcharge les morceaux avec une énergie considérable.

Conseil : Pour vos danses macabres.
 
Kendrick Lamar – DAMN.
 
Je ne vais pas y aller par quatre chemins, King Lamar a encore (et comme toujours) frappé fort avec DAMN qui s’impose comme un des meilleurs albums 2017.
Différent de To Pimp A Butterfly qui explorait les frontières du jazz et leur donnait de nouvelles notes de noblesse par leur popularité, les sonorités de DAMN. sont plus hip-hop, avec des productions impeccables et plus sombres aussi.

Conseil : Dans son casque à fond les ballons sur le chemin du travail !
 
Mac Demarco – This Old Dog
 
This Old Dog sent bon le soleil de Californie !
Le très sympathique Mac Demarco est de retour avec treize titres dont un seul électrique, le reste de ce bonbon acidulé est joué à la guitare acoustique, au synthé et à la boite à rythme.

Conseil : En dégustant des fraises à la chantilly !
 
Sylvan Esso – What Now
 
Avec What Now le duo Sylvan Esso livre un album lumineux. Il a été enregistré en 2016 et s’inscrit dans le contexte de guerre électorale aux Etats-Unis  où les limites de la décence et des stigmatisations semblent s’élargir chaque jour pour faire les gros titres. Identité sexuelle, place de la culture, trop plein d’informations, individualisme, l’electro pop du groupe de Caroline du Nord ne romantise pas mais théâtralise en musique ses états d’âme.

Conseil : A écouter pendant les premiers barbecue entre amis.
 
Moonlight – Nicholas Britell
 
Nicholas Britell orchestre de manière magnétique le sublime film de Barry Jenkins : Moonlight.
Sa partition est proche de celle de Philip Glass dans l’élégance de l’orchestration, qui émerveille par son sens de la dramaturgie. 
Ce travail en commun entre le réalisateur et le musicien n’est pas sans rappeler la communion cinématographique entre Nicolas Winding Refn et Cliff Martinez tant la mise en scène allégorique de Jenkins s’accoude à une musique représentant la psychologie même du personnage principal.

Conseil : A écouter dans le bleu de la nuit....
 
Ginger

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon