Godspeed You ! Black Emperor - Luciferian Towers

Ah, Godspeed You! Black Emperor....
On m'a gentiment demandé de chroniquer le Nouvel album de GY!BE.
L'idée m'a vite emballé, voire enthousiasmé, mais voilà, l'écriture à la base, c'est pas forcément mon truc.

Pourtant, la première écoute de Luciferian Towers m'a replongé quelques dix-sept années en arrière et plein de mots me venaient spontanément à l'esprit, mais c'est une autre affaire de les coucher sur le papier (ou sur le clavier qui en fait office).
Dix-sept années en arrière, c'est la première fois que j'ai entendu Lift Your Skinny Fists..., album qui pour moi constitue le climax des Canadiens.
Un an plus tard, la découverte de leur musique sur scène lors d'un concert fleuve à Bordeaux qui avoisina les trois heures trente (!) de communion entre le groupe et son public a radicalement modifié ma perception de ce qu'est un concert.
Peu après, Yanqui U.X.O les voyait avancer vers un terrain plus politique, mais toujours aussi épique.
S'en suivit un hiatus de quelques années, les membres se concentrant sur leurs projets respectifs.
En 2010, leur réunion aboutira à la sortie de deux albums sombres, basés sur les drones et les désordres du monde.
Et puis voilà.
Voilà que Godspeed nous sort ce Luciferian Towers.
Retour vers la lumière.

Ce sixième album, sans doute leur plus accessible à ce jour, est une sorte de retour aux sources. 
On ne s'attendait certes pas à une reconversion garage-psyché ou electro post-punk pour paraître au goût du jour, mais force est de constater que le phénix est de nouveau flamboyant et l'émotion qui avait un peu fait défaut aux deux précédents opus est de nouveau présente.
Dès l'introduction de Undoing A Luciferian Towers, on retrouve les mélodies caractéristiques, les changements d'accords qui font basculer de la béatitude à l'inquiétude.
L'ajout de cuivres donne (s'il était nécessaire) de l'ampleur et de la puissance. On est en territoire connu mais le plaisir est là.
A partir de Bosses Hang, le rythme accélère et on savoure les grandes montées épiques qui ont fait la marque de fabrique de GY!BE et qui me sont si chères. Fam / Famine, petit (sic) interlude nous entraine lentement vers la pièce maîtresse de l'album: Anthem For No State, morceau à ranger aux côtés des hymnes du groupe que sont Storm, Sleep ou encore Motherfucker=Redeemer.
On y trouve tout ce qui fait Godspeed You! Black Emperor: Des harmonies douces/amères, une montée de guitare et cordes qu'on souhaiterait infinie, suivie par l'intervention d'une batterie lourde et martiale et, enfin, une grande envolée qui pourrait faire penser à un Ennio Morricone en pleine descente d'acide.
Naissent alors deux sentiments : le besoin de remettre ce foutu album au début, puis l'impatience de le découvrir joué live.
Ce sera chose faite le 16 octobre au Bikini.
Ce sera mon cinquième concert de Godspeed.
Je n'irai toujours pas à reculons.
Et je serai toujours heureux d'être disquaire tant que sortiront de tels albums.

Alex

Artiste : Godspeed You ! Black Emperor
Album : Luciferian Towers
Année : 2017

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
Pinterest icon
Reddit icon